Mur des souvenirs

Au fil des 90 dernières années, le TMG a accueilli plusieurs générations de genevois. Vous en faites partie ? Partagez avec nous vos plus beaux souvenirs du TMG !
Qu’il s’agisse d’un spectacle marquant, d’une rencontre avec les artistes ou de tout autre détail ou anecdote…faites-nous revivre les années TMG à travers vos yeux !

Participer

Je me souviens de vous

« Allez les colinets ! on s’habille ! C’est l’heure d’aller au Théâtre de Marionnettes ! »
Ohhh j’entends encore la voix enjouée de ma maman qui lance cet appel à l’aventure !
Et mon cœur en écho savoure ces 3 mots:
Théâtre.... de .... marionnettes !!!
Un après-midi de fête s’annonçait a coup sûr !
Alors on s’habillait veste et baskets ou manteau et bottes de pluie: même pas peur.
Et on prenait le bus avec ses gros sièges beiges et on timbrait la carte multiparcours en carton épais, biseauté sur le dernier tiers !
Je ne me souviens plus où on descendait... mais on passait par BelAir forcément !
Et nous voilà arrivés devant ...une Ecole !!!
Ohhh la jalousie qui alors me mordait le ventre :
Il y a des enfants qui vont tous-les-jours au ThéâtreDeMarionettes !!!!
Comme il y a des enfants qui habitent EnVacancesAuBordDeLaMer !!!
In-croy-able !!!
Alors on traversait crânement la cour, sans un regard pour les jeux ou les autres enfants parce que nous, Nous ... on allait au ThéâtreDeMarionnettes !
Et on plongeait dans une grotte dorée et sombre!
Mais pas de cette obscurité qui fait reculer le moment d’aller à la cave chercher les patates, ni de celles qui tombent sur la fenêtre après que PierrePascalRossi nous ait parlé de « l’actualité telle qu’elle a été en Suisse et dans le monde à notre connaissance ».
Assis sur nos bancs, de chaque côté de Maman, frémissants, on l’attendait cette obscurité ...
Et tout à coup... Noir !
ça y est !!! Ça commence !!!
Alors devant nous, en nous, partout autours de nous.... le merveilleux ! La poésie ! L’aventure ! La peur aussi parfois !!
Comme nous étions vivants !! Émus! Heureux! Apesanteurisés !

Et puis on ressortait de la grotte groggy, souvent fatigués et excités ! Alors on courait comme des fous dans le préau en rejouant les meilleurs moments de cette odyssée de pâte à bois !

Un pain au lait et une branche de choc, un CapriSun et c’était déjà le moment de retrouver les sièges épais et les poignées grises des TPG.

Je me souviens de vous.
Je me souviens de tout.
Je me souviens d’avoir adoré être enfant !

Gendre Mélanie

souvenir de la rue Constantin

Je me souviens que nous allions aux Marionnettes en famille dans la salle de la rue Constantin.
Ma soeur ne voulait pas laisser son parapluie au vestiaire,car c'était un objet magique,électrique,fantastique, auquel elle attribuait des supers-pouvoirs.
Je ne peux pas l'en blâmer car même maintenant que je suis adulte,je trouve toujours que c'est compliqué d'affronter le monde.
Il a fallu un temps de négociation,les explications de ma mère et la diplomatie de l'ouvreuse pour que ma soeur puisse assister au spectacle avec son parapluie.
Lequel n'a pas bronché.

Mimi

En 1965, dans ces années-là...

En 1965, dans ces années-là, c’est surtout en hiver que mes parents m’emmenaient « aux Marionnettes ». Comme le spectacle de Noël devait leur sembler l’un des plus appropriés, j’ai vu plusieurs fois "Le Noël des anges" d’Hubert Gignoux, mais aussi "La Reine des neiges", conte adapté d’Andersen par Nicole Chevallier. Du quartier de Balexert, on "descendait en ville" en voiture, jusqu’à une élégante maison mitoyenne de la rue Constantin où, j’en garde une très présente image, on entrait dans un appartement aux hauts plafonds et aux parquets grinçants. J’ai appris beaucoup plus tard que c’était celui de la fondatrice et directrice Marcelle Moynier. Un salon y avait été aménagé en salle de spectacle de dimension modeste, pourvue d’un gradin de deux ou trois marches. A moins qu’on n’ait tiré parti de deux pièces ouvertes en enfilade ? L’ouverture du castelet, en hauteur, était en tout cas limitée à trois mètres environ. Le discours de bienvenue et les mises en garde de Mademoiselle Moynier précédaient un rituel baisser de stores, car c’était l’après-midi, et la représentation se terminait par un goûter dans la cuisine. A la sortie, l’église russe voisine et ses coupoles dorées de conte de fée prolongeaient à mes yeux l’enchantement…

Eric Eigenmann

mme

Dans les histoires, quel est donc ce royaume que tant de princesses et de princes finissent par posséder?... Ce royaume., c'est l'imagination. C'est un royaume merveilleux. Dans ce royaume, on commande au lieu d'être commandé.

claude-inga barbey